Le logement est au cœur des débats… Le nouveau logement doit émerger !

- par Didier Chinardet, architecte et maire adjoint chargé de l'urbanisme et de l'aménagement durable des territoires à Epinay sur Orge. Comment fabriquer la ville ?

Comment répondre aux nouveaux enjeux posés par la société ? Telle est la question qui se pose notamment en Ile-de-France à ceux qui ont le pouvoir d’agir ! Ils sont nombreux ! En effet, la gouvernance de l’habitat et du logement est marquée par une pluralité d’acteurs aux compétences enchevêtrées : l’Etat, la Région, le Département, la Métropole du Grand Paris, les EPCI et les communes… A cet enchevêtrement de compétences, s’ajoute les lois, les réglementations et plusieurs documents stratégiques.

Au-delà de ce trop-plein d’acteurs, de ce mille feuilles de contraintes réglementaires et administratives, les enjeux fondamentaux franciliens comme nationaux en matière de logement et d’espaces de vie ont bien du mal à être abordés par le bon bout, alors qu’ils sont au cœur des préoccupations majeures des franciliens.

Mais… ce qui l’est tout autant, ce qui semble autant prioritaire, c’est la création de nouveaux modèles pour le logement.

En effet, le logement de demain ne peut plus s’appuyer sur le modèle d’hier….

Il doit impérativement se réinventer afin de tenir compte des nouveaux besoins de la société.

L’évolution inexorable de celle-ci et de ses mœurs nous impose de rassembler nos compétences et nos savoirs faires dans le cadre d’une large réflexion.

Il est impératif de se projeter dans l’avenir en prenant en compte les besoins d’aujourd’hui comme le vieillissement de la population, l’envie des personnes âgées de rester vivre chez elles ou à proximité de leurs enfants, permettre aux personnes atteintes d’un handicap de vivre comme les autres et de se déplacer sans risque, ou encore préserver le tissu économique local de proximité.

L’identification des besoins permettra d’imaginer l’habitat de demain, plus globalement d’imaginer des espaces de vie adaptées, flexibles et pérennes pour les 100 prochaines années.

Cela implique des solutions nouvelles et ingénieuses comme des concepts constructifs facilitant la flexibilité et la modularité aisées et à moindre coût des espaces, la mise en œuvre d’une ingénierie des fluides et de matériaux durables, la création d’espaces de transition et d’échange communs aux habitants dans et autour du bâti et du non bâti, tout cela dans le cadre de modèles économiques revisités viables.

La nécessité de créer de nouveaux modèles d’habitat et de lieux de vie est directement liée à de nouvelles exigences : nous ne faisons plus carrière dans la même société tout au long de notre vie professionnelle, nous nous déplaçons plus facilement par plaisir ou obligation, il n’est plus rare de changer plusieurs fois de lieu de résidence dans la vie, chacun doit s’adapter au contexte économique, nous ne nous logeons plus pour la vie, notre espace de vie doit grandir ou rétrécir au fur et à mesure de l’évolution de notre vie personnelle et professionnelle….

Tout cela dans un monde en perpétuel mouvement où une nouvelle notion du temps est venue bouleverser toutes les certitudes.

Le monde change à grande vitesse, la société se cherche, les besoins évoluent et les espaces de vie doivent impérativement s’adapter.

Ce constat, nous sommes nombreux à le faire…

Alors…

Avant de lancer des programmes des logements en masse sur un modèle obsolète, que nous savons correspondre de moins en moins aux besoins des citoyens, il est urgent de créer les conditions d’une réflexion collective autour de l’excellence partagée des acteurs naturels du monde de la construction : maître d’ouvrage public et privé, investisseur, promoteur, architecte, paysagiste, ingénieur, …

Cette démarche innovante devra faire émerger de nouveaux principes constructifs répondant aux besoins de modularité des espaces au fil des différents occupants, de distribution des fluides, d’échange aisé de surfaces entre voisins, d’organisation des espaces internes et externes rendant plus facile leur mixité et leur utilisation, de la mise en commun d’espace interne et externe au bâti dans le but de faciliter les liens sociaux.

En visitant certains pays d’Europe, force est de constater que cette démarche a déjà été prise en compte depuis plusieurs années, à la satisfaction des habitants.

A Epinay sur Orge, commune où je suis Maire-adjoint en charge de l’Urbanisme et de l’aménagement durable des territoires, face au vieillissement de la population, au faible renouvellement du parc de logements, à la carence d’une certaine typologie de logement, la municipalité a souhaité apporter une réponse globale en imaginant un nouveau quartier sur son site de la Croix Ronde.

La commune a affirmé son ambition d’imaginer un nouveau quartier qui puisse être une référence en matière de Développement Durable et d’Eco-responsabilité.

La commune a affiché ses objectifs : préserver, améliorer et valoriser l’environnement et les ressources naturelles sur le long terme, en maintenant les grands équilibres écologiques, en réduisant les risques et en prévenant les impacts environnementaux (la coulée verte et les espaces agricoles), mais aussi satisfaire les besoins humains et répondre à un objectif d’équité sociale en favorisant la mixité de tous les groupes sociaux, aussi développer la croissance et l’efficacité économique, à travers une production de logements d’avenir et un parc d’activité qualitatif et attractif connecté à son environnement naturel.

La commune a rédigé un cahier des charges ambitieux qu’elle a adressé à l’aménageur retenu, Grand Paris Aménagement, avec la mission de faire appel à des équipes de promoteurs/architectes adhérant à 100% à nos objectifs, et s’étant fait remarqué par leurs démarches éco-responsables et novatrices dans leurs réalisations.

A l’échelle de la commune, notre ambition est de faire émerger une nouvelle offre en matière d’espaces de vie, correspondant mieux aux besoins d’aujourd’hui.

Je propose au Conseil régional d’Ile-de-France, au CROAIF et aux organismes représentatifs des architectes et des métiers du bâtiment de constituer un Groupe de réflexion sur le thème « nouvel espace de vie innovant» !

Soyons « UTILES » en fixant ensemble cet objectif pour 2017/2018.

Didier Chinardet, architecte et maire adjoint chargé de l’urbanisme et de l’aménagement durable des territoires à Epinay sur Orge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *